La pollution est dangereuse pour le cerveau des bébés, prévient l’Unicef

On n'est pas des moutons

Les Nations unies ont tiré ce mercredi la sonnette d’alarme sur les dangers posés par la pollution atmosphérique pour le cerveau en développement des bébés, un fléau qui affecte particulièrement les pays asiatiques.

Le continent asiatique, qui produit régulièrement d’impressionnantes images de « smog » à New Delhi ou Pékin, totalise 16 des 17 millions d’enfants dans le monde âgés de moins d’un an qui sont exposés à des niveaux critiques de pollution – au moins six fois supérieurs aux plafonds considérés sûrs pour la santé.

L’Inde arrive en tête de liste des pays avec le plus de bébés exposés, suivie par la Chine, indique l’Unicef dans un rapport intitulé « Danger In The Air » rendu public mercredi.

La pollution impacte « l’apprentissage des enfants »

La pollution « impacte l’apprentissage des enfants, leurs mémoires, leurs capacités linguistiques et motrices », a déclaré à l’AFP Nicholas Rees, auteur du rapport.

Les liens de la pollution atmosphérique…

Voir l’article original 222 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s